Verleihung Deutscher Afrika-Preis 2022
Verleihung Deutscher Afrika-Preis 2022
Prof. Tulio de Oliveira (Afrique du Sud) & Dr. Sikhulile Moyo (Botswana)
Lauréats du Prix allemand de l'Afrique 2022

 

Vous pouvez télécharger le communiqué de presse en anglais ici (Corporate Design)

 

Le chancelier fédéral allemand Olaf Scholz a remis le Prix allemand pour l’Afrique au Prof Tulio de Oliveira, bioinformaticien de l’université de Stellenbosch, en Afrique du Sud, et au Dr Sikhulile Moyo, virologue du Botswana Harvard AIDS Institute Partnership, le vendredi 25 novembre 2022 au soir, à l’Allianz Forum de Berlin. Le prix ne rend pas seulement hommage aux performances personnelles du Prof de Oliveira et du Dr Moyo, qui ont contribué de manière décisive à la lutte mondiale contre la pandémie en découvrant et en signalant immédiatement le variant omicron du coronavirus à l’OMS, mais il met également en lumière la recherche de classe mondiale qui est menée au Botswana et en Afrique du Sud, a déclaré le chancelier Scholz. « L’Afrique n’est pas à la traîne ! »

 

Mais au lieu de reconnaître en novembre 2021 la performance scientifique des chercheurs, l’UE, où le variant omicron s’était déjà propagé sans être détecté, a réagi en se fermant – une mesure qui a non seulement mis à mal les relations euro-africaines et eu des conséquences économiques fatales pour la région, mais qui a également suscité de l’hostilité et des menaces de mort. Claus Stäcker, président du jury du Prix allemand de l’Afrique, a souligné dans son éloge le courage et l’intégrité des deux lauréats ainsi que leur décision de partager directement leurs données et leurs découvertes – une évidence pour les deux chercheurs – et de contribuer ainsi à la lutte mondiale contre la pandémie.

 

Prof de Oliveira et Dr Moyo font partie de l’élite absolue dans leurs domaines de recherche, et pas seulement sur le continent africain. Pourtant, en Europe, ce potentiel n’est pas perçu et le travail des chercheurs africains n’est pas reconnu. Les lauréats demandent à ce que la perception des choses évolue.  Le chancelier l’a également souligné et a qualifié les deux chercheurs « d’inspiration et d’incitation à élargir le regard, à abandonner les vieux schémas de pensée et à créer de nouveaux partenariats ».

 

 

Informations de fond:

 

La Fondation allemande pour l’Afrique (Deutsche Afrika Stiftung e.V., DAS) récompense les scientifiques pour leurs performances personnelles dans la lutte globale contre la pandémie de la maladie de Corona, ainsi qu’en tant que représentants d’une communauté de recherche hautement qualifiée et travaillant à l’échelle internationale, qui fait partie de l’élite de la recherche médicale, non seulement en Afrique, mais aussi au niveau international. La première notification mondiale d’une variante du virus à l’OMS est venue d’Afrique du Sud et ce sont également des chercheurs du Botswana et d’Afrique du Sud qui ont été les premiers à tirer la sonnette d’alarme lors de l’apparition de la variante dite omicron : fin novembre de l’année dernière, Dr Moyo et son équipe du Botswana-Harvard AIDS Institute Partnership ont découvert des anomalies lors de séquençages génomiques de routine de tests PCR. Alertés par ces résultats, ils les ont partagés dans la base de données de recherche régionale. A peu près au même moment, un laboratoire privé de Pretoria, la capitale sud-africaine, a également transmis des données anormales au South African Network for Genome Surveillance (NGS-SA), qui a mené des recherches plus approfondies sous la direction de Prof de Oliveira, qui avait déjà découvert la première mutation du coronavirus, la variante dite bêta, fin 2020. Grâce aux résultats des analyses effectuées en Afrique du Sud, à la comparaison avec les données transmises par le Botswana et à la coordination étroite avec les collègues de ce pays, le NGS-SA a pu informer peu après le ministère de la Santé, l’OMS et le public de la nouvelle variante découverte, appelée omicron.

 

Mais au lieu de reconnaître la performance scientifique des chercheurs, l’UE, où la variante omicron s’était déjà propagée sans être détectée, a réagi en imposant des restrictions rigoureuses aux voyages en Afrique australe – une mesure qui a non seulement mis à mal les relations euro-africaines et eu des répercussions économiques fatales pour la région, mais a également entraîné de lourdes conséquences personnelles pour les chercheurs. Prof de Oliveira et Dr Moyo ont été tenus personnellement responsables des conséquences négatives des restrictions de voyage et ont même reçu des menaces de mort, si bien qu’ils ont dû être placés temporairement sous protection personnelle. Ils poursuivent néanmoins leur excellent travail.

 

Prof Tulio de Oliveira et Dr Sikhulile Moyo sont donc un exemple brillant de savoir-faire, d’intégrité et de courage et prouvent en outre ce que beaucoup en Allemagne et en Europe ne croient pas possible en raison de l’image déformée de l’Afrique dans notre pays : que la recherche médicale de pointe est aussi chez elle en Afrique et que le continent gère avec succès la crise de la pandémie mondiale, ce dont l’Europe peut aussi s’inspirer.

 

 

Informations sur les personnes :

Dr Sikhulile Moyo est directeur du laboratoire du Botswana-Harvard AIDS Institute Partnership et est associé à la Harvard T.H. Chan School of Public Health. Le centre de recherche est la principale institution nationale de recherche sur le VIH/sida, de formation et de renforcement des capacités au Botswana. Spécialisé dans le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), Moyo, qui a grandi au Zimbabwe, a déjà apporté au cours de sa carrière plusieurs contributions importantes à des études sur la prévention de la transmission mère-enfant du VIH. Il a également été responsable de la surveillance de l’incidence du VIH et a mené des recherches sur les mutations du VIH liées à la résistance aux médicaments. C’est également grâce à ce travail que son laboratoire a été en mesure de réaliser un séquençage du génome en temps réel au cours de la pandémie de Corona.

 

Le professeur Tulio de Oliveira est directeur du Centre d’épidémiologie (CERI) de l’université de Stellenbosch, directeur et cofondateur de la KwaZulu-Natal Research and Innovation Sequencing Platform (KRISP) de l’université du KwaZulu-Natal et directeur du South African Network for Genome Surveillance (NGS-SA). Né et ayant grandi au Brésil, de Oliveira a fréquenté la Nelson Mandela School of Medicine de l’Université du KwaZulu-Natal après sa licence, où il a obtenu un master et un doctorat. Ce bio-informaticien compte parmi les chercheurs les plus éminents d’Afrique du Sud et incarne le visage de la recherche de pointe sud-africaine dans son domaine, à travers différentes fonctions, dont celle de professeur de bio-informatique à la School for Data Science and Computational Thinking de l’université de Stellenbosch et de professeur au College of Health Science de l’université du KwaZulu-Natal.

 

Les photos des lauréats du Prix allemand de l’Afrique 2022 peuvent être téléchargées ci-dessous.

Copyrights:

Photos de Prof. Tulio de Oliveira : ©sun

Pressefoto Tulio de Oliveira 1

Pressefoto Tulio de Oliveira 2

Pressefoto Tulio de Oliveira 3

Photos de Dr. Sikhulile Moyo: ©bhp

Pressefoto Sikhulile Moyo 1

Pressefoto Sikhulile Moyo 2

 

 

Coordonnées de contact :

Svenja Schindelwig, Conseillère Scientifique

schindelwig@deutsche-afrika-stiftung.de

0049 152 2741 87 40

 

Multimedia:

deutsche-afrika-stiftung.de

Twitter: @_DASonline

Instagram: @deutscheafrikastiftung

Lauréats du Prix de l'Allemagne pour l'Afrique
Aucun résultats